Chaises tournantes pour « Le Bal des crapules », la nouvelle et succulente comédie écrite par Luc Chaumar et mise en scène par sa complice Corinne Boijols.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                     

                                                       Voici une pièce satirique comme on aime les découvrir. Bien                                                                  que très provocatrice, point de scènes racoleuses ni de vulgarité                                                            gratuite, juste une analyse succulente et drolatique de nos travers                                                          humains vus sous le prisme de l'hypocrisie sociale, cachée sous nos                                                 actes bienveillants vis-à-vis de notre voisinage.

                                                                       

                                                                       On est ici littéralement soulevés par une bourrasque de rires dans l'enchaînement sans faille des saynètes des quatre comédiens qui jouent, non sans malice, des voisins, dont un couple plus que mal assorti ! Et on comprend que ces rôles de crapules – c'est bien le mot – qui usent de subterfuges, plus rusés et diaboliques les uns que les autres, soient si jouissifs à jouer sous nos yeux, à l'affût de rebondissements et de jeux de mots, propres au style inimitable de Luc Chaumar.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le bal des crapules ? C'est, je cite, un « Petit massacre entre amis, ou comment se débarrasser dans la même soirée, de son mari, de sa femme, de sa maîtresse, de son amant, bref… de voisins encombrants. » Tout un programme auquel la metteuse en scène Corinne Boijols et l'auteur Luc Chaumar nous convient.

Lors de ce dîner, vous vous confronterez à des crapules machiavéliques, des médiocres, des «Bidochons middle-class». La scénographie est minutieusement bien pensée : le décor est digne des plus grandes salles et il est signé Nils Zachariasen ; et chaque composante de ce dernier est très bien utilisée par Corinne Boijols illustrant parfaitement le côté frimeur et de mauvais goût (nouveaux riches) ainsi que les traits pervers de leurs comportements.Ils s'’assument parfaitement :  ni peur, ni honte, ni remords ne détourneront ces sulfureux personnages de leur dessein : éliminer les voisins !

 

Vous passerez assurément une bonne soirée en compagnie de nos hôtes : Gaby, jouée par la très ensorceleuse et ébouriffante Séverine Delbosse, une femme manipulatrice sans foi, ni loi, qui, pourrait-on dire, porte la culotte. Son mari, Étienne, excellemment bien campé par Serge Da Silva, est lâche, mesquin et hypocrite. Leurs délicieux voisins : Chantal, dit Chacha pour les intimes, interprétée avec brio là encore, par Marie Lanchas est une fille disons très… chaleureuse mais un peu blonde, quoique... Et pour finir ce tableau réjouissant, citons Bernard, Nicolas Thinot, magistral dans ce rôle dont l'activité est de faire la pluie et le beau temps sur vos petits écrans qui se croit lui même très drôle et charismatique.

 

Quoi qu'il en soit et n'en doutez pas, il est bon d'aller danser et dîner au Bal des crapules ! Que vous soyez invités ou pas, venez déguster avec eux un bon rôti de veau... garanti sans arêtes – et c'est tout le noeud du problème ! Un menu composé de produits hilarants certifiés label rouge et bio, signés Luc Chaumar.

Vous n'aurez droit à aucun répit. Les quatre excellents comédiens embarqués dans un rythme endiablé s'amusent aussi sous nos yeux des turpitudes de leurs personnages et cela est jouissif. Tous vous surprendront jusqu'à la dernière minute avec leur vraie équipée sauvage de crapules. Leur danse macabre est tout aussi originalement accompagnée par une bande sonore créée par Vincent Présiozo. À noter également le très bon jeu de lumières de Benoît Darricarrère. Les costumes, imaginés par Arnaud Caron, collent parfaitement à la peau et au caractère des personnages.

 

Cet ensemble détonnant est magnifiquement orchestré et contrôlé par Corinne Boijols que l'on pourrait définir comme une dingue, une droguée du comique (Si, si, je confirme !... ). C'est une « science » qu'elle maîtrise tant et si bien qu'elle n'hésite pas à partager les secrets de l'art de la comédie sous toutes ses formes dans différentes formations professionnelles qu'elle assure depuis 1999 au sein de Zoom théâtre.

Elle signe ici sa troisième collaboration avec Luc Chaumar après particuliérement  « Gros mensonges » crée à la comédie Bastille en 2009. Autant dire que le duo arrive à maturité pour notre plus grand plaisir. Mais ils ne nous ont certainement pas encore tout dit…... À suivre donc ces  deux « crapules » !

 

Mais attention, vous êtes prévenus : une crapule peut toujours en cacher une autre ! N'oubliez surtout pas votre gilet pare-balles. Et si vous êtes touchés, ne criez pas « Maaaaaman , au secours !!! Rassurez vous, vous ne mourrez pas, en tout cas pas cette fois… si ce n'est de rire !

 

Le bal des crapules à l'affiche au Mélo d'Amélie depuis le 14 janvier est à voir entre amis, je n'ose dire, entre voisins… C'est la comédie pas tout à fait vilaine mais sûrement comme il faut, pour vous réchauffer assurément le corps en cette période hivernale.

 

Didier Clusel et Safia Bouadan

 

 

 

 

copyright mdsphotographe

Le Bal des Crapules

De Luc Chaumar
Mis en scène par Corinne Boijols

Avec Serge Da Silva, Nicolas Thinot, Séverine Delbosse, Marie Lanchas

Décors : Nils Zachariasen
Musique : Vincent Présiozo
Lumiéres : Benoît Darricarrère
Costumes : Arnaud Caron

Contact direction: londebleuecrea@gmail.com | Téléphone Association: 0652326052

SIRET :482 146 479 000 35/ Code APE: 90001Z 

Inscrite à la SCPP , la SCAM et la SACD

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now