Nous sommes à peine installés sur nos sièges à l’écoute de l’artiste et conteur qui se meut avec élégance sur le plateau du Ranelagh que déjà la magie opère auprès du public dont le regard est rivé sur la silhouette de Pascal Amoyel.

 

Voici entré en scène un bel acteur et un pianiste d’une rare virtuosité qui nous convie dés lors à visiter les œuvres et les méandres de la destinée incroyable de son maître Georges Cziffra, ce,  en un voyage artistique, humain d’une telle puissance d’évocation qu’elle en devient même initiatique. L’émotion bien tangible qui gagne les rangs est indescriptible...

 

 Les mains du génial pianiste disparu habite peu à peu celles de son disciple qui nous décrit dés les premières scènes sa rencontre fortuite et marquante avec son maître alors qu’il est âgé de 13 ans, nous conviant à connaître intimement ce génie de la musique inoublié malgré les poussières du temps. En un vibrant hommage, Georges Cziffra se trouve ainsi réincarné sous nos yeux avec une vérité touchante donnant à ce spectacle des touches d’une magnifique humanité, pleines d’humour et de tendresse. Le metteur en scène Christian Fromont -déjà complice de Pascal Amoyel qu’il a coaché dans la pièce "Block 15" - sait diriger l’artiste et son plein de richesse et de sensibilité.Ce dernier rend ici un hommage vibrant à son cher maître disparu en un hymne musical où se mêlent fantaisie et lyrisme. 

 

La mise en scène et la scénographie sonore et lumineuse – grille lumière remarquée de Attilio Cossu- sont précises tout en étant faites de nuances subtiles en harmonie parfaite avec le récit historique et l’acteur pianiste, seule présence humaine sur le plateau. En effet, sans nous en rendre compte, nous nous glissons peu à peu dans les plis de ses souvenirs et Pascal Amoyel nous plonge petit à petit dans l’univers terrible de la guerre et du nazisme régnant en Europe, avec une historicité et un réalisme troublants… 

 

Il nous explique comment Cziffra, ce pianiste peu commun, engagé enfant dans un cirque et d’origine Rom vécut la guerre et la persécution de l‘Armée Nationaliste Hongroise et comment il fut fait ensuite prisonnier des Partisans, puis des russes ...Comment enfin,après tant de périples tout aussi dangereux les uns que les autres et fuyant le régime, il devint prisonnier politique du régime communiste de son pays…Un destin incroyable pour un génie disparu que l’artiste sait nous rendre ici, bien vivant.

 

Merci à l'artiste pour cette grâce d’un soir qui rend hommage non seulement au pianiste virtuose, à sa musique et à la mémoire d’un passé pas si lointain venu d’une période sombre de notre histoire pas toujours éclairée…  C'est pour nous, un véritable coup de coeur que nous avons vécu là encore recevant avec humilité, cet art ancré profondément dans l’humanisme qui est outre un hommage appuyé au maître, une véritable offrande faite aussi au public.

 

L’oeuvre de Cziffra est ainsi revisitée par un répertoire enrichi de pièces musicales, autant romantique que contemporain. Et c’est un délice autant pour les sens que pour notre âme ...Quelle superbe célébration que celle offerte par le pianiste pour les vingt ans de la mort de son maître qui,n'en doutons pas, devait certainement être là quelque part, tout près de son cher élève et ami…

 

Pascal Amoyel, pianiste célèbre et célébré par de nombreux prix internationaux a ce talent unique et souvent exceptionnel d’allier la majesté de son art à sa réelle humanité. Il a d’ailleurs été récompensé par l’Ordre des Chevaliers des Arts et des Lettres.

 

« Inoubliable » est bien le mot qui convient pour décrire l’enthousiasme, le charme et la poésie qui imprègnent la salle traversant avec fulgurance les rangs des spectateurs au fur et à mesure que s’égrènent les notes sous les mains de ce pianiste magistral. Et c’est beau ! Le pianiste a par ailleurs enregistré un magnifique album musical – récompensé par le Grand Prix du Disque interprétant avec brio les nocturnes du compositeur romantique Frédéric Chopin.

 

Safia Bouadan

 

Musique et texte interprétés par Pascal AMOYEL - piano

 

Mise en scène : Christian FROMONT

 

Lumière : Attilio COSSU

"Le pianiste aux 50 doigts" …Quel bonheur de revoir ce spectacle musical créé et interprété  avec majesté par Pascal Amoyel et mis en scène avec brio par Christian Fromont en ces murs du beau théâtre du Ranelagh.

 

Théâtre du Ranelagh

5 rue des Vignes

Paris16e

Métro:La Muette

Du 15 janvier au 30 mars 2014

Contact direction: londebleuecrea@gmail.com | Téléphone Association: 0652326052

SIRET :482 146 479 000 35/ Code APE: 90001Z 

Inscrite à la SCPP , la SCAM et la SACD

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now