top of page

« Deux frères » mis en scène par Déborah Krey. Entre amour fraternel et injustice familiale...


Dès le début, le spectateur entre en douceur dans l'intimité de deux jeunes hommes que l'on sent complices et qui se chahutent tels deux enfants. En fait, ils sont frères dans la vie et unis pour le meilleur mais aussi pour le pire.


Renaud et André nous entraînent dans les méandres de leurs jeux d'enfants innocents mais aussi dans celles de leurs souffrances. L'acte d'injustice subi par l'un, battu par son père, fait face à l'impuissance de l'autre, le préféré du paternel. Pourquoi lui et pas moi ? Telle est la grave question qui nous est posée à nous, public désormais projeté dans ce drame familial teinté pourtant de joies, de chansons et de rires. Comment grandir avec un tel fardeau, comment maintenir un lien familial jeune adulte alors qu'on a lutté toutes ces années pour sa propre survie ? Comment se réparer ?


Cette comédie dramatique est authentique et toute ressemblance avec des cas similaires de maltraitance ne saurait être fortuite. Combien d'enfants sont ainsi torturés ou tués par des membres de leur famille ? Combien de ces victimes n'osent décrire leur traumatisme, sachant qu'il sont souvent dans la plus grande incapacité de l'identifier ? Honteux, humilié, isolé, l'enfant, l'adolescent puis l'adulte ainsi rejeté se sent cependant solidaire vis à vis des siens tels Renaud et André, ils tentent de se serrer les coudes ...On ne choisit pas sa famille, comme le chantait Maxime Leforestier ...Oui mais on ne la dénonce pas non plus !

Cette pièce témoin écrite et jouée par Renaud Merviel au côté de Julien Goetz, dans le rôle de son frère, est un vrai cri d'alarme, un plaidoyer pour que l'indifférence et le silence autour de ces nombreux cas de sévices corporels ou psychiques subis par les enfants, cessent...Un cri pour le droit à une enfance normale, à une reconnaissance familiale et à de l'amour !

Soulignons la mise en scène à la fois dynamique et fine jouant sur les tableaux scéniques sensibles, tour à tour forts ou pleins d'infantilité. Saluons l'écriture, la performance des acteurs, leur capacité à incarner d'autres personnages et citons ici la scénographie qui illustre entre autre le propos par la projection photographiques, de souvenirs qui resurgissent du fond de la mémoire...


Ce drame est parsemé de jolis moments musicaux avec un répertoire qui fait résonner en nous nos propres souvenirs. Les titres choisis font sens dans l'histoire de ces deux frères, dans leur quête d'eux -mêmes...On les suit et on vibre avec eux aussi.

Découvrez leur histoire... Deux frères se joue à la Comédie des Trois Bornes tous les jeudis à 21h30. Une pièce qui a le mérite de dévoiler des secrets que l'on ne veut pas déterrer !


Safia Bouadan


Note : "Plusieurs associations sont partenaires du projet. Elles ont toutes été reçues, elles

ont pris connaissance du projet et le soutiennent. Elles s’engagent à communiquer sur le

projet. Pour chaque association, ce sont environ 1500 bénévoles à travers la France qui

s’engagent à communiquer sur l’événement. Des artistes en sont le soutien tels Thierry Beccaro, Alexandra Lamy, André Bescond, Mélissa Theuriau, ...des artistes déjà très engagés dans ce domaine."


Distribution artistique

Renaud Merviel : auteur et acteur

Julien Goetz ; acteur

Déborah Krey : metteuse en scène


Comédie des Trois Bornes

32 rue des Trois Bornes

75011 Paris

Tel 01 43 57 68 29

Comentários


Posts Récents
  • Instagram Social Icon
  • Facebook Basic Square
bottom of page