top of page

Interview d'Eric Wiener, auteur de la pièce "Désordres" actuellement à l'affiche au Théâtre de Nesle

Entretien avec l'auteur Eric Wiener


OB/ Bonjour Eric, merci pour cette interview. 

Peux-tu nous parler de ton travail passé et de la naissance de ta

création Désordres mise en scène par Mouss Zouheyri ? 


Bonjour, j’écris des pièces de théâtre depuis maintenant une

quinzaine d’années. Deux de mes pièces ont été jouées avant

« Désordres » : « Le Moustique » qui a été créée au Passage

vers les étoiles à Paris en 2013 puis repris au festival off

d’Avignon en 2017 ; « Le voyage d’Anna » créé au Théo

Théâtre à Paris en 2015. J’ai moi-même produit ces deux

pièces ainsi que « Désordres », avec l’aide précieuse et

indispensable de ma famille et de mes amis.


OB/ Qu'est -ce qui a nourri ton écriture ? T'es-tu inspiré d'un

contexte historique ou d'une figure de dictature ?


L’idée de cette pièce m’est venue lors du Printemps arabe : en

voyant les images du président Moubarak incarcéré se rendant

à son procès sur un brancard et vêtu de son uniforme

d’apparat. L’image tragico-comique de ce dictateur déchu

cherchant à apitoyer son peuple et ses juges m’a

immédiatement frappé, et l’idée d’écrire une pièce sur un tel

sujet a alors germé. Concernant mon écriture, je me suis

d’abord rappelé les cours que j’avais suivis lorsque j’étais

étudiant en droit et science politique, cours qui disséquaient

les mécanismes du pouvoir. Ensuite, je me suis inspiré des

informations dont nous disposons sur les multiples dictatures

et la façon qu’ont les despotes d’exercer le pouvoir. Pour faire

de « Désordres » une pièce universelle, j’ai volontairement

évité toute référence géographique et temporelle. L’action

peut se dérouler de nos jours ou dans le passé, voire même

dans le futur, le monde nous prouvant chaque jour que les

dictatures ont encore de beaux jours devant elles… !


OB/ Peux-tu expliquer ton choix de ce huis clos et surtout de ce

personnage inattendu confronté au dictateur ?


Le huis clos participe lui aussi de ma volonté d’universalité :

le lieu unique où se déroule la pièce est une cellule de prison

qui, dans mon esprit, représente le monde entier. Et les deux

personnages sont eux-mêmes symboliques : le dictateur

représentant le pouvoir, les Puissants, et le pillard, le peuple,

les Faibles. « Désordres » est ainsi construite comme une fable

sur le pouvoir et l’attirance qu’il suscite chez les hommes,

mettant en scène deux personnages emblématiques et

proposant une morale à la fin… que nous n’allons pas révéler

ici 


OB/ Comment vous êtes-vous rencontrés avec le metteur en

scène Mouss Zouheyri aussi le disciple du regretté Michel

Bouquet ? Comment avez-vous travaillé ?


Nous nous sommes rencontrés par hasard, au dernier festival

d’Avignon. Lors de notre rencontre, je lui ai parlé de mon

travail et lui ai proposé de lire « Désordres ». Son avis

m’intéressait beaucoup du fait de son expérience. Lorsque

Mouss a accepté de la mettre en scène, nous avons discuté

ensemble de sa perception du texte et de la façon dont il

envisageait le mettre en scène. Et il s’est trouvé que ses

intentions correspondaient parfaitement à mes intentions

d’écriture. Je lui ai ainsi naturellement laissé toute liberté dans

son travail de mise en scène. Et lorsque j’assiste aujourd’hui

aux représentations, je ne peux que m’en féliciter !


OB/ Quel est le retour du public ? L'impact de la pièce ?


Le public réagit très bien à la pièce et souligne fréquemment

combien elle est d’actualité. J’ai alors envie de leur répondre

qu’elle est d’actualité depuis la nuit des temps et risque

malheureusement de l’être pour longtemps encore… mais je

n’en fais rien.


OB/ Quel est le message s'il existe ? Quel serait le tien comme

citoyen ?


Il y a plusieurs axes de compréhension de la pièce et

celui qui m’a tout d’abord guidé est celui qui est aussi

développé dans un de mes films préférés, « L’argent de la

vieille » de Luigi Comencini : les Puissants resteront toujours

les Puissants.

OB/ Désordres nous interpelle à plus d'un titre, qu'en penses-tu ?


Lorsque je discute avec des spectateurs après les

représentations, je m’aperçois en effet qu’ils ont des

perceptions différentes de la pièce, des personnages et de leurs

motivations. J’en suis ravi car cela montre que « Désordres »

est une pièce qui donne à réfléchir. C’est exactement

l’ambition que j’avais en écrivant ce face à face entre ces deux

protagonistes que je voulais complexes, et qui tendent au

public un miroir dans lequel ils peuvent se retrouver.


OB/ Ton actualité ?

Pour le moment, assister aux dernières représentations de

« Désordres » et après…


OB/ Merci pour cette interview et belle route pour ta pièce Désordres que nous avons beaucoup aimée.


Propos recueillis par Safia Bouadan



Teaser de la pièce Désordres d'Eric Wiener, mise en scène par Mouss Zouhayri


Comments


Posts Récents
  • Instagram Social Icon
  • Facebook Basic Square
bottom of page